||||||||||| Historique ||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||

Tout a commencé quand la réalisatrice Safinez Bousbia, lors d'une balade dans la Casbah d'Alger, rentre dans une échoppe pour acheter un miroir. Le miroitier, M. Ferkioui, dans l'enthousiasme de raconter son histoire à la jeune femme, ne pense plus à vendre son miroir.

Il l'invite alors à s'asseoir et à l'écouter, lui racontant son glorieux passé de chef d'orchestre et musicien. Emu, il lui présente des photos de ses anciens camarades de classe de musique, juifs et musulmans, perdus de vue depuis cinquante ans. Ils faisaient tous partie de la première classe de musique chaâbi du Conservatoire municipal d'Alger, dirigée par le fondateur de la musique chaâbi, le maître El Anka.

La réalisatrice, touchée par l'évocation de ce moment très émouvant de la musique populaire d'Alger mais surtout par la profonde nostalgie de M. Ferkioui, décide de retrouver les amis musiciens dispersés et prend contact avec le Conservatoire d'Alger où tous leurs noms ont été répertoriés.

Et ce qui ne devait être que l'histoire de simples retrouvailles sur scène pour une seule date à Marseille en 2007, s'est transformé en la renaissance d'un groupe, composé de 42 musiciens.

Neuf ans ont forgé cette aventure humaine, devenue depuis une vraie success story : l'Orchestre El Gusto a pris son envol et joue dans de nombreuses salles prestigieuses dans le monde.

blog Téléphone Arabe Nos Partenaires